C'est une "meilleure" mère que toi ?


Elle garde le sourire, elle a une maison propre, elle reste ZEN et elle est toujours tirée à 4 épingles. Mais comment fait-elle ?

Toi tu es plutôt en mode jogging mal coiffé, ta maison est interdite au public et ton sourire est là, mais bien caché.

Je grossis le trait, mais c’est un peu ça quand tu te mets en mode comparaison. La comparaison c’est comme une invitation à pointer du doigt tout ce qui ne va pas chez toi, tu focalises sur tout ce que tu n’es pas et ce que tu n'as pas. Et qu’est-ce qui se passe alors ? Tu viens grignoter ton estime personnelle. Comme une habitude, un conditionnement, il arrive aussi parfois que tu viennes comparer ton enfant à son frère, sa soeur, un ami. "Prends exemple sur lui, il est sage" ou encore "Tu vois ta soeur elle est grande et ne fait plus pipi dans sa couche"


Qu'est-ce que cela vient entretenir chez ton enfant ?

Une motivation à s'améliorer ? Une motivation à faire mieux que sa soeur ? Un sentiment de dévalorisation ? Une croyance peut-être comme "Je ne suis pas capable" ? Un abandon ? C'est juste que quand tu compares ton enfant et c'est la même chose que quand tu te compares aux autres mamans, tu viens entacher votre relation et ta relation à toi même.


Imagine un peu ton mari en train de te comparer sans cesse à une autre nana. Tu vas peut-être ressentir une profonde colère explosive contre lui (surtout s'il s'agit de son ex et qu'il te fait bien sentir qu'elle était mieux que toi ). Tu vas peut-être te mettre la pression pour perdre du poids ou lui ressembler. Tu vas peut-être te dévaloriser ou encore abandonner. « Si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide »

Dans la comparaison, il y a une touche de jugement sur les capacités à faire ou pas, à être ou pas.

Ça résonne comme un tu es trop ou pas assez. Ça résonne comme tu es inférieur et il est supérieur. Mais peut-on vraiment comparer deux êtres quand on sait qu’ils sont uniques ?


J’ai toujours été mal à l’aise avec les cases, celles qui t'enferment dans des paliers à passer en fonction d'une vision théorique basée sur des moyennes. Il est demandé aux enfants d’apprendre la même chose au même moment, de marcher à tel âge ou même encore de savoir lire à 6 ans. Personnellement ma fille savait lire à 5 ans et mon autre fille écrit les lettres de son prénom à 3 ans et demi.

Chacun a ses capacités et ses élans naturels. Ton enfant passe par des paliers de conscience naturels et il se passionne pour des choses qui lui sont propres. C’est le cas pour ton enfant, mais aussi pour toi.

Peut-être que tu as été conditionnée à te comparer aux autres, à te soumettre à l’évaluation

de tes capacités en fonction des cases préconçues. Et si tu n’entres pas dans ces cases, tu es en dehors et peut-être habillée d’une étiquette qui peut parfois te poursuivre quelques années.

Te comparer aux autres mamans ?


Je te propose une alternative comme modèle inspirant pour ton enfant. Tu n’as pas besoin d’être la « meilleure », dte tout faire parfaitement pour être assurée de ta valeur. La tendance à idéaliser les autres, à vouloir leur vie ou à vouloir les imiter c’est une programmation qui t’éloigne de ton essence profonde.


Et tu ressens peut-être qu'imiter quelqu'un ne te semble pas du tout naturel. Parce que ce n'est pas TOI. La plus belle façon de vivre, selon moi, est d’être au plus proche de ta vraie nature.

Quand finalement tu t’auto-sabotes


Parce que te comparer c’est clairement te mettre la pression. Peut être que tu l’as ressenti, mais en tentant d’être comme-ci ou comme-ça, le stress monte en toi.


Parfois, tu utilises peut-être la comparaison avec ton enfant comme un outil, pour que cela le motive à avancer.

Qu'en est-il réellement ?

Il est probable que certains enfants choisissent de se dépasser mais avec une motivation qui n'est pas celle de l'élan intérieur. Elle sera davantage avec l'intention de faire mieux que la concurrence ou dans la recherche de ton amour car tu sembles fier de ce que peut faire l'autre enfant. D'autres enfants seront découragés et ne tenteront rien.

Sera-t-il vraiment lui-même ? Sera-t-il connecté à ce qui le motive réellement ?


Mais finalement qu’y a-t-il derrière la comparaison ? Le manque de confiance en soi ? La peur de ne pas être à la hauteur ? La peur d’être différent ? La peur qu’il ne grandisse pas ? La peur qu’il n'ait pas certaines capacités ? La peur du regard de l’autre ?


Ton enfant a besoin d’être accompagné à découvrir celui qu’il est et à maintenir cette écoute de soi tout au long de sa vie. Il a juste besoin de ton amour inconditionnel qui lui permettra de développer sa confiance en lui.



Comment ?


En remplaçant la comparaison par ton soutien. Tu peux poser le doigt sur ses réussites, lui montrer les pas qu'il a déjà accompli. Dans mes accompagnements, je répète aussi l'importance de prendre le temps de lui montrer comment faire. Une autre clé c'est de venir se poser les questions suivantes :

- Est-ce une question de compétences ?

- Est-ce une question de capacités ?

- Est-ce une question d'ordre émotionnel ?


Cela va t'aider à déceler ce qu'il se passe pour lui à l'instant de sa difficulté.

Le monde a besoin de toi tel que tu es et il a besoin de ton enfant tel qu’il est lui.

Tout a sa place dans l’univers et cela forme l’unité où rien n’est supérieur ou inférieur, mais tout est relié et forme une homéostasie.

C’est comme dans ton corps.


Dirais-tu à ton cœur qu’il est plus important que tes poumons, lui demanderais-tu d’avoir les mêmes capacités ?

Chacun agit en fonction de ce qu’il est et les deux son indispensables tel qu’ils sont. Accompagnez-vous mutuellement dans vos réussites, dans ce qui vous rend spéciaux et différents. Je trouve que c'est une force inestimable. La patience vous aidera à laisser cet espace où s’enracine la graine en silence même si tu ne la vois pas encore. Et toi quels sont tes points forts ? Qui es-tu et qu’as-tu accompli ?